Les différentes maladies du chat

Vétérinaire maladies chat

SOMMAIRE

Nos amis les chats sont aussi exposés que nous à toutes sortes de maladies. L’origine de ces pathologies peut être associée à des bactéries, des virus ou des parasites. Certaines maladies sont bénignes et facilement curables, d’autres sont anticipées (vaccination) pour réduire les problèmes de complication et certaines sont plus graves et nos animaux vont nécessiter l’intervention d’un vétérinaire pour préserver sa santé. 

Afin de garder son chat en bonne santé, il peut être très utile de connaître les maladies du chat pour mieux anticiper et identifier à temps certains symptômes. Pour en savoir plus sur les pathologies, leur mode de transmission, les signes et les traitements associés, nous vous avons sélectionné les maladies les plus courantes chez le chat. 

Quelles sont les maladies courantes chez le chat ?

Comme pour l’Homme, le chat peut contracter différentes maladies tout au long de sa vie. L’objectif est de vous faire découvrir les plus répandues chez le chat ainsi que leurs symptômes et traitements.  Cette liste est donc non-exhaustive mais nous tâcherons de la compléter en fonction de vos retours ! Rien ne remplace l’expertise d’un vétérinaire. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre vétérinaire pour toutes questions et conseils et vous rassurer sur l’état de santé de votre animal. Son bien-être est la priorité. 

1) Le coryza (grippe du chat)

Définition 

Le coryza du chat, aussi appelé grippe ou rhinotrachéite virale féline est une pathologie qui touche essentiellement l’appareil respiratoire des chats.

Cette maladie est très commune et répandue chez les chats. En effet, 70 % des chats sont porteurs du virus. La mortalité reste faible chez les chats mais élevée chez les chatons, les chats âgés ou les chats immunodéprimés.

Cause et mode de transmission

Le principal responsable de cette maladie est le virus de type 1, herpesvirus (FehV-1). Mais d’autres agents pathogènes peuvent être à l’origine du coryza comme le  calicivirus félin (FCV) et la bactérie Chlamydophila felis.

Le virus se retrouve dans la salive, les sécrétions lacrymales et nasales et aussi dans les déjections de vos chats. 

La transmission peut se faire par contact direct entre les chats porteurs mais pas seulement. Le virus peut survivre jusqu’à une semaine dans son environnement et la transmission peut facilement se faire par le biais du panier, des bacs à litière, des gamelles d’eau ou de nourriture infectée. 

Signes et symptômes

Cette pathologie atteint principalement les voies respiratoires. Les symptômes associées sont donc : 

  • des éternuements
  • des toux
  • des écoulements nasaux
  • des écoulements oculaires
  • de la fièvre.

Comme souvent, un chat malade verra son appétit diminuer ainsi qu’une fatigue importante.

Traitements

Une solution simple pour lutter contre le coryza du chat est la vaccination. Le vaccin contre le coryza administré habituellement lors du programme de vaccination annuel est efficace contre les deux virus à l’origine de la maladie. La vaccination contre le coryza est souvent couplée avec un vaccin contre la chlamydiose pour être efficace contre la bactérie.

Même si votre chat reste à l’intérieur, il est fortement conseillé de faire vacciner votre chaton dès le début pour éviter des complications futures.

2) La chlamydiose féline

Définition 

Le chlamydiose féline est une maladie infectieuse qui peut atteindre tous les chats et se manifeste par des conjonctivites. Les chats porteurs de la bactérie présentent des troubles respiratoires et oculaires.

Cause et mode de transmission

Le responsable de cette pathologie est une bactérie du nom de Chlamydophila felis. La maladie se transmet par les sécrétions oculaires et nasales. 

La chlamydiose est souvent associée au coryza car elle peut apparaître à la suite de complications de la grippe du chat.

Signes et symptômes

Les symptômes associés sont très visibles car le chat va contracter une conjonctivite qui va se manifester par :

  • des écoulements au niveau des yeux
  • un rougissement et un gonflement des paupières
  • des écoulements nasaux (mucus qui s’échappe)
  • les voies respiratoires sont aussi atteintes (toux fréquente et/ou des éternuements)

Traitements

Comme l’origine de la chlamydiose du chat est bactérienne, l’utilisation d’antibiotiques est souvent utilisée. Le traitement antibiotique doit être accompagné de soins hygiéniques autour des yeux et ainsi éviter une aggravation de la conjonctivite.

La chlamydiose féline peut être anticipée par utilisation d’un vaccin, très souvent en association à celui du coryza. La vaccination permet de fortement diminuer le risque d’apparition de la maladie et de supprimer certains symptômes en cas d’une potentielle infection. 

Il est fortement conseillé de consulter son vétérinaire et être à jour dans la vaccination de son chat.

3) Le cancer

Définition 

Le cancer est une augmentation anormale de la croissance cellulaire qui entraîne l’apparition de tumeur. Le tissu touché par ces cellules en surcroissance va se détruire progressivement. 

Cause et mode de transmission

Le cancer est une maladie “multifactorielle”, ce qui signifie qu’il n’y a pas de cause unique connue. Cependant, les facteurs héréditaires et environnementaux peuvent entraîner l’apparition d’un cancer chez le chat.

Par exemple, le carcinome spinocellulaire de l’oreille, de la paupière ou du nez est un cancer de la peau causé par une exposition répétée au soleil. Les chats blancs ou de couleur claire sont plus sensible au carcinome épidermoïde. 

Le lymphosarcome ou lymphome félin est l’un des types de cancer les plus courant chez les chats (30% de tous les cancers signalés chez les chats). Il s’agit d’une tumeur qui touche les cellules lymphoïdes du chat. Cette maladie peut se déclarer soudainement sans raison ou après une infection du chat par la leucose (FelV). 

Il existe plusieurs formes de lymphome mais la plus répandue est la forme gastro-intestinale qui provoque une grosseur dans l’estomac ou l’intestin ou une infiltration diffuse dans tout le tractus intestinal. 

Signes et symptômes

Selon sa localisation, les symptômes du cancer vont être différents. Les plus probables sont :

  • l’apparition de grosseur
  • un gonflement
  • des palis/infections cutanées persistantes
  • des écoulement anormaux
  • une mauvaise haleine
  • un amaigrissement
  • des diarrhée ou vomissement
  • une perte d’appétit
  • des problèmes respiratoires, urinaires
  • tout changement de comportement.

Dès le moindre doute, contactez votre vétérinaire si votre chat présente des signes anormaux ou un changement de comportement. 

Traitements

Selon le type de cancer, le traitement peut varier mais de manière générale la chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie ou l’immunothérapie sont des solutions qui existent pour lutter contre cette maladie. 

4) La leucose féline (FeLV)

Définition 

La leucose féline ou FelV (Feline Leukemia Virus), est une pathologie d’origine virale très contagieuse.

Cause et mode de transmission

La leucose féline touche souvent les chats adultes ou âgés. La maladie est transmise entre chats par contact direct (salive, morsure, léchage…). Un chat infecté n’élimine jamais complètement le virus. 

Le virus évolue en plusieurs phases plus ou moins longues tout au long de la vie du chat :

  • Infection abortive : la défense immunitaire est forte et le chat élimine le virus avant qu’il atteigne le sang (virémie).
  • Infection régressive : une fois infecté et le virus présent dans le sang, le système immunitaire va maîtriser la propagation de l’infection. L’infection virale est alors latente pendant une longue durée. Dans le cas d’une suppression du système immunitaire,  le virus va se développer à nouveau (infection progressive). 
  • Infection focale : l’infection est stoppée avant que l’infection atteint la moelle osseuse et le sang. La réponse immunitaire reste variable et certains tissus sont touchés par le virus. 
  • Infection progressive : le système immunitaire du chat s’affaiblit, la moelle osseuse et le sang sont atteints. La maladie progresse et supprime les réactions du système immunitaire.

Une fois l’état d’immunosuppression présent, différentes maladies peuvent apparaître et s’exprimer facilement.

Signes et symptômes

Selon la phase d’infection, les symptômes vont différer. Les changements de comportement sont toujours des indicateurs de la présence du virus (fatigue, fièvre, perte d’appétit, perte de poids, déshydratation…). 

Comme expliqué, le système immunitaire va être fortement diminué et le chat va se retrouver désarmé contre toutes les maladies possibles. Les ganglions lymphatiques peuvent augmenter de volume (adénomégalie) en réponse à une infection.

La leucose féline peut déclencher l’apparition de cancer (lymphome, leucémie…) et provoquer des diarrhées, des difficultés respiratoires, des troubles neurologiques…

Traitements

Il n’existe pas vraiment de traitement efficace contre la leucose féline. Les interférons peuvent être utilisés pour lutter contre la maladie mais ils sont très coûteux et les résultats sont variables.

La solution idéale est de faire vacciner son chat le plus tôt possible pour éviter à votre chat de contracter de la maladie.

5) Le virus de l’immunodéficience féline (FIV)

Définition 

Le virus de l’immunodéficience féline (FIV) provoque une infection grave chez le chat. Similaire au HIV (virus de l’immunodéficience humaine), le sida du chat est responsable du syndrome d’immunodéficience acquise qui se traduit par un affaiblissement du système immunitaire et rend le chat vulnérable à tous types de maladies opportunistes.

Cause et mode de transmission

Le rétrovirus est présent dans le sang, la salive et les sécrétions sexuelles. Le FIV ne peut survivre très longtemps dans un environnement extérieur et une quantité importante est nécessaire pour développer l’infection. 

La transmission reste difficile mais votre chat peut contracter le virus par morsure lors d’une bagarre ou bien lors de la reproduction.

Une fois l’infection faite par le virus, plusieurs phases existent :

  • Phase aiguë : la charge virale est importante suite à l’infection (quelques semaines après). Durant cette phase, les chats peuvent présenter les symptômes suivants: abattement, anorexie, hyperthermie, stomatite, troubles digestifs ou bien lymphadénomégalie.
  • Phase subclinique : le système immunitaire se défend et diminue fortement la charge virale. Cette phase est asymptomatique car les chats ne présentent pas de symptômes pendant des années.
  • Phase terminale : l’immunosuppression est présente et les maladies opportunistes se développent de plus en plus. Durant cette phase symptomatique, outre les infections secondaires, les chats peuvent présenter des maladies du système nerveux , des processus tumoraux (lymphome, carcinome…), des processus pré-tumoraux (myélodysplasie). 

Signes et symptômes

Selon la phase d’infection, les symptômes vont être différents. Le sida du chat entraîne un affaiblissement du système immunitaire, les maladies opportunistes vont pouvoir se développer plus facilement. D’habitude bénignes, ces infections secondaires vont pouvoir développer des maladies graves. 

Les signes généraux les plus courants vont être une perte de poids conséquente, de la fièvre, une inflammation des gencives et de la bouche, stomatite, diarrhée et vomissements.

Traitements

Il n’existe pas de traitement contre le sida du chat. 

6) L’insuffisance rénale chronique (IRC)

Définition 

L’insuffisance rénale chronique du chat (IRC), aussi appelé MRC pour maladie rénale chronique. En anglais, cette maladie est aussi appelée CKD pour Chronic Kidney Disease et  touche environ 1 à 3 % des chats et particulièrement les chats âgés puisque 30 % des individus de plus de 15 ans la contractent.

Le rôle du rein est de filtrer le sang. Le rein va s’arrêter de fonctionner normalement et le dysfonctionnement va engendrer une mauvaise évacuation des déchets et toxines.

Cause et mode de transmission

L’insuffisance rénale se caractérise de deux manières différentes.

L’insuffisance rénale aiguë (IRA) où le rein n’élimine plus les toxines de manière temporaire et s’accumulent dans l’organisme. Les signes cliniques vont apparaître subitement mais la maladie peut être réversible, à condition d’éliminer rapidement la cause.

L’insuffisance rénale chronique (IRC) où la destruction des tissus du rein se fait petit à petit mais de façon irréversible. Lorsque les symptômes apparaissent, la maladie a déjà bien progressé et il n’est pas possible de rétablir totalement les fonctions des reins.

Les causes d’une insuffisance rénale sont l’âge, une mauvaise circulation du sang au niveau du rein (déshydratation sévère, insuffisance cardiaque) 

Signes et symptômes

Les signes cliniques de l’insuffisance rénale chronique peuvent être :

  • un abattement
  • une perte d’appétit
  • une augmentation de la prise de boisson
  • une perte de poids
  • une mauvaise haleine

Il est toujours conseillé d’observer les déjections de son animal et en particulier pour l’insuffisance rénale chronique qui provoque des problèmes urinaires avec  une augmentation d’émission d’urines, des douleurs. Parfois ces signes s’accompagnent de diarrhée et de vomissements.

Traitements

Pour l’insuffisance aiguë, il sera nécessaire d’identifier la cause mais pour rétablir à la normale les fonctions du rein des perfusions  sont mises en place pour aider l’élimination des toxines, des médicaments selon les symptômes (diurétiques, antidiarrhéiques, anti vomitifs) et parfois la chirurgie pour le retrait de calculs rénaux.

Tandis que pour l’insuffisance rénale chronique, les tissus rénaux se détruisent de façon irréversible. Mais il est possible d’améliorer et prolonger la vie de votre chat en ayant un traitement approprié. Une meilleure alimentation, prescrite par votre vétérinaire, appauvrie en phosphore et protéine. Plusieurs points seront à vérifier régulièrement pour suivre l’évolution de la maladie et adapter au mieux le traitement :  prise de sang pour contrôler le taux d’urée et de créatine, hypertension artérielle, infections urinaires.

7) La calicivirose

Définition 

L’origine de la calicivirose est virale et causée par le calicivirus

Cause et mode de transmission

L’infection se fait par contact direct avec d’autres chats porteurs ou par le biais de son environnement (gamelles, panier…). Les chats allant à l’extérieur sont plus susceptibles de contracter la maladie.

Signes et symptômes

Les symptômes associés à la calicivirose sont :

  • des montées de fièvre
  • des ulcères buccaux très caractéristique de la maladie

Ces ulcères se localisent principalement au niveau de la langue, mais peuvent aussi se localiser sur les lèvres, le nez ou la peau. Il peut aussi survenir des signes respiratoires et conjonctivaux modérés (jetage nasal, éternuements, écoulements oculaires). 

Traitements

Il n’existe pas de traitement antiviral efficace contre le calicivirus. Le traitement a pour objectif d’aider au maximum votre chat pour qu’il puisse éliminer le virus. Il est important d’assurer une bonne hydratation. 

En prévention, la vaccination est le meilleur moyen pour éviter à votre chat de contracter la maladie ou du moins de se défendre plus facilement face au virus. 

N’hésitez pas à contacter votre vétérinaire et vous assurez que votre chat est à jour dans ses rappels de vaccins.

8) Le diabète

Définition 

Comme pour nous humains, le diabète sucré chez le chat est une maladie qui touche la régulation de concentration de sucre dans le sang. L’insuline est une hormone sécrétée par le pancréas pour réguler le taux de sucre. La diabète sucré entraîne un déficit d’insuline et donc le taux de sucre dans le sang va augmenter fortement, hyperglycémie. 

Cause et mode de transmission

Il existe plusieurs formes de diabète chez le chat :

  • Diabète de type 1 = ce diabète, rare chez les chats, est la conséquence d’une mauvaise sécrétion de l’insuline. Il touche les chatons et se nomme aussi diabète juvénile.
  • Diabète de type 2 = ce type de diabète, appelé aussi diabète gras, se caractérise par un taux normal d’insuline dans le sens ou augmenté. Le diabète gras est la conséquence d’un défaut d’action de l’insuline.
  • Diabète de type 3 = le taux d’insuline dans le sang est fortement diminué. Ce diabète est souvent la conséquence de l’évolution d’un diabète de type 2. 

Le diabète chez le chat est souvent une combinaison de diabète de type 2 et de type 3. La femelle est plus propice à développer un diabète qu’un mâle (2 à 3 fois plus de risque).

Une des principales causes favorisant l’apparition d’un diabète sucré chez le chat est l’obésité. L’âge aussi est un facteur favorisant le développement de la maladie.

Signes et symptômes

Les symptômes associé à un diabète sucré sont  :

  • une augmentation de la faim
  • une augmentation de la soif
  • une augmentation d’émission d’urines
  • des problèmes urinaires (urines “collantes” car riche en glucose)
  • alopécie (chute de poils)

Traitements

Une alimentation adaptée et la prise de médicament occupent une place importante dans la prise en charge du diabète sucré félin. Vous devez savoir qu’il n’y a pas de remède contre le diabète, seulement un support pour réduire les manifestations cliniques et assurer son bien-être.

Le régime alimentaire doit permettre de contrôler au mieux le taux de sucre en limitant les variations de la glycémie dans le sang. L’obésité étant un facteur important d’apparition du diabète, il faut contrôler l’apport en glucides et adapter un régime alimentaire hypocalorique pour initier une perte de poids. 

L’injection d’insuline reste la seule manière d’aider votre chat à réguler sa glycémie. 

La prévention reste la meilleure solution pour éviter l’apparition de diabète. Alors faites attention au régime alimentaire de votre petit compagnon et évitez tout surpoids en lui faisant de l’exercice quotidiennement.

9) La péritonite infectieuse féline (PIF)

Définition 

La péritonite infectieuse féline (PIF) est une infection virale. Le virus responsable est le coronavirus. Cette maladie est complexe et existe sous deux formes, une forme humide associées à une accumulation de liquide dans une cavité (épanchements) et une forme sèche associée à la formation de tumeur d’origine inflammatoire. 

Cause et mode de transmission

La péritonite infectieuse féline touche les jeunes chats (3 mois – 3 ans) et les chats âgés (10 ans – 14 ans). La PIF est la première cause de mortalité chez les chatons

La transmission peut se faire aux chats et par exemple de la mère aux chatons. 

Signes et symptômes

Les symptômes de la PIF sont très variés et commencent par des signes peu spécifiques comme la fièvre, une perte d’appétit, perte de poids, muqueuse plus pâle.

Les autres symptômes autres associé à la péritonite infectieuse féline sont  :

  • épanchements abdominaux ou pleurésie
  • problèmes respiratoires
  • complication au niceau des yeux (inflammation de l’iris ou des corps ciliaires)
  • crises de convulsions
  • diarrhée
  • vomissement

Traitements

Il n’existe aucun traitement spécifique ou vaccin contre la péritonite infectieuse féline.  Le taux de mortalité est de pratiquement 100 %. 

10) La rage féline

Définition 

La rage est une maladie virale qui reste très rare en France.

Cause et mode de transmission

Le virus étant fortement concentré dans la salive, le mode de transmission de la rage se fait donc  essentiellement par morsure d’un animal infecté (chat, chien, renard…). 

Il existe deux types de rage :

  • la rage furieuse : moins fréquente, elle a pour conséquence un changement brutal de comportement. Votre chat devient agressif s’il était calme et gentil auparavant ou il  peut devenir câlin s’il était différent. Le chat bave beaucoup et est en perpétuelle excitation. Il va avoir des difficultés à se mouvoir. Le chat meurt quelques jours après le début de l’apparition des symptômes (4 à 5 jours)
  • la rage paralytique : la forme la plus courante chez le chat qui est plus difficilement perceptible. Cette rage se caractérise par une paralysie de la mâchoire et le chat a des difficultés à ouvrir la gueule (hypersalivation). 

Signes et symptômes

Les signes cliniques de cette maladie mortelle sont  :

  • une augmentation de l’agressivité de votre animal
  • une paralysie musculaire (mâchoire)
  • hyperactivité
  • hypersalivation

Traitements

La prévention par la vaccination est le meilleur moyen pour prévenir la maladie chez votre animal et limiter les symptômes. 

  11) La gale d’oreille (otodectose)

Définition 

La gale auriculaire ou otodectose est une maladie transmise par un acarien (Otodectes cynotis). La multiplication anormale de l’acarien dans les conduits auriculaires externes va provoquer l’apparition de la maladie. Cette maladie est très contagieuse pour les chats mais aussi pour les chiens.

Cause et mode de transmission

La gale auriculaire est une maladie très contagieuse qui touche particulièrement les chatons. La proximité en refuges ou dans une chatterie est  un facteur important de transmission et de contamination entre les individus. 

Signes et symptômes

Les signes cliniques de cette maladie mortelle sont  :

  • une forte démangeaison au niveau de l’oreille
  • un cérumen d’une couleur plus foncée (marron ou noir)

Traitements

Le traitement consiste à tuer les acariens présents dans l’oreille du chat à l’aide d’un acaricide ou antiparasites. Il est aussi important d’éviter la ré-infestation et de stopper l’inflammation de l’oreille.

Un traitement systémique (sur l’ensemble du corps) est nécessaire pour justement éviter cette é-infest tion car l’acarien survit en dehors des conduits auriculaires.

12) Le typhus (panleucopénie)

Définition 

Le typhus du chat (panleucopénie) est une maladie virale due au parvovirus.  Il n’existe pas de traitement adapté au typhus du chat et est donc très souvent mortelle pour nos animaux.

Cause et mode de transmission

Le typhus du chat touche particulièrement les chatons de moins d’un an et non vaccinés. Le maladie se transmet par contact oro-nasal à travers les sécrétions ou excrétions. La panleucopénie touche plusieurs organes comme l’intestin, les nœuds lymphatiques et la moelle osseuse. 

Signes et symptômes

Les signes cliniques multiples généraux restent la fièvre, un abattement, une déshydratation, un amaigrissement, des douleurs abdominales. 

 Les autres symptômes associés sont : 

  •  des diarrhées 
  • des vomissements

Traitements

Il n’y a pas de traitement antiviral efficace contre le typhus du chat. 

La vaccination est la solution pour la prévention.

13) La cystite

Définition 

La cystite est une inflammation de la vessie

Cause et mode de transmission

La cystite peut avoir une multitude de causes : calculs, cristaux, infections, médicaments… Le stress peut être aussi  à l’origine de cystite (cystite émotionnelle).

Il existe potentiellement des facteurs prédisposants pouvant être aussi la cause d’une cystite. Le risque de contracter la maladie peut être plus important chez les mâles, les chats stérilisés, ayant une alimentation sèche.

Si aucune cause n’est identifiée, on parle alors de cystite idiopathique

Signes et symptômes

Les signes cliniques associées à la cystite sont : 

  • dysurie (difficulté à se vider la vessie)
  • pollakiurie (augmentation anormale du nombre de miction)
  • hématurie (présence de sang dans les urines)

Traitements

Favoriser l’hydratation pour réduire la densité urinaire est un traitement classique contre la cystite. Réduire le stress contribue aussi fortement à une amélioration de la santé du chat. Selon les causes, la prise d’antibiotique ou une intervention chirurgicale peut être nécessaire. 

14) La maladie des griffes

Définition 

La maladie des griffes du chat est d’origine bactérienne, Bartonella henselae. Il s’agit d’une zoonose donc elle est transmissible à l’Homme. 

Cause et mode de transmission

La contamination se fait par l’intermédiaire des puces. La maladie des griffes va être contractée via les excréments des puces ou directement par simple piqûre. 

Signes et symptômes

Les signes cliniques associées à la maladie des griffes sont : 

  • présence visible de puces (points noirs)
  • réaction inflammatoire
  • gonflement des ganglions lymphatique
  • apathie
  • troubles nerveux

Traitements

Les animaux atteints de bartonellose ne sont pas toujours traités. La prescription d’antibiotiques peut être suggérée dans le cas d’une aggravation. Il est aussi important de traiter nos amis félins contre les puces et de les brosser régulièrement.

Comme la maladie des griffes est facilement transmissible à l’Homme (morsure ou griffure), il est conseillé de traiter votre animal si vous avez des problèmes immunitaires.

15) Les parasites

Définition 

Nos animaux sont sensibles à différents parasites : les puces, les tiques, les protozoaires ou encore les vers (parasites internes). Que ce soit sur la peau, les poils ou bien à l’intérieur du corps de votre chat (ou chien), le parasite peut provoquer des maladies plus sévères qu’une simple démangeaison. Certains dentre eux peuvent aussi contaminer nous autres les humains.

Cause et mode de transmission

Il existe trois groupes de parasitoses selon l’agent, les protozoaires (parasite unicellulaire  interne), les métazoaires (parasite pluricellulaire interne) et les arthropodes hématophages (tiques, puces, acariens).

La puce est un parasite externe qui va se multiplier sur le pelage et la peau de votre animal de compagnie. Ceci va entraîner des démangeaisons ou des maladies comme la bartonellose.

Les tiques s’installent sur la peau et peuvent transmettre la mycoplasmose, la maladie de Lyme ou bien l’ehrlichiose. 

Les parasites internes sont transmissibles à l’Homme (zoonose) et les plus courants sont les vers plats (ténia), les vers ronds, les ankylostomes. Ils induisent des maladies comme la toxoplasmose ou l’ascaris. 

Signes et symptômes

Selon le parasite les manifestations vont être diverses:

Pour les puces ce sont essentiellement des démangeaisons.

Pour les tiques une forte fièvre, de la fragilité ou des douleurs musculaires.

Tandis que les parasites internes vont créer des problèmes intestinaux ce qui aura pour conséquences des vomissements, saignements, diarrhées, perte de poids.

Traitements

Contre les parasites il existe différentes solutions efficaces comme les produits antiparasitaires ou les vermifuges avec différentes formes galéniques sprays, comprimés, colliers ou bien pipettes).

Conseils

Ce guide a pour objectif de vous présenter brièvement les maladies les plus courantes chez nos animaux de compagnie. Bien évidemment, la liste est non exhaustive et au moindre changement de comportement ou questions il est primordial de consulter votre vétérinaire. Emmener votre petit animal préféré en clinique vétérinaire est la solution pour trouver les réponses à vos questions, avoir un diagnostic fiable et s’assurer de l’état de santé de votre félin.

La grande majorité des maladies pour chat sont évitables par vaccination. Il est alors important de respecter le calendrier vaccinal et d’être à jour avec son carnet de santé pour éviter tout problème.

L’alimentation est essentielle pour maintenir son chat en bonne santé. Cela passe par le contrôle des aliments en choisissant des produits de qualité et en évitant de trop lui donner de friandises. Respecter ses apports journaliers en limitant les aliments trop gras et trop sucrés

Outre l’alimentation, il faut que votre chat puisse boire assez d’eau. Garder une eau fraîche et la changer quotidiennement faciliteront son hydratation. L’utilisation de fontaine à eau est un réel avantage pour favoriser la prise de boisson. 

N’hésitez pas à lire nos différents conseils liés à l’hygiène et les soins sur notre blog afin de garder  nos animaux de compagnie en bonne santé, participer à leur bien-être et les rendre heureux

Retour haut de page